Implémenter le plan d’actions

Les entreprises doivent d’abord mettre en œuvre des solutions d’atténuation qui visent à réduire leurs émissions de GES, puis, s’orienter vers le financement d’actions de compensation pour les émissions incompressibles.
Pour réduire les émissions de GES liées à leurs activités :
  • L’énergie étant un des postes les plus émetteurs de GES, il est recommandé de réaliser un audit énergétique. Liste de bureaux d’études agréés, cliquez ici.
  • Une étude de faisabilité pour le recours au solaire photovoltaïque est préconisée. Pour la liste des installateurs labellisés TAQA Pro, cliquez ici.
Avant de mettre en œuvre son plan d’actions, l’entreprise doit évaluer les différentes pistes selon la difficulté d’implémentation, le temps de retour sur investissement et l’impact sur la réduction des émissions GES.
Exemples d'actions de décarbonation Faisabilité techniqueViabilité financière
Efficacité énergétique
Remplacement des équipements énergivores
Remplacement des lampes traditionnelles par LEDs
Isolation thermique
Energies renouvelables
Installation de panneaux photovoltaïques
Chaudière biomasse
Economie circulaire
Réutilisation des eaux de process
Recyclage des déchets
Intrants alternatifs (bas carbone)
Remplacement d'emballage en plastique par du papier recyclé
Captage CO₂
Récupération industrielle du CO2
Captage CO2 à travers la plantation des arbres
Digitalisation
Capteurs thermiques, capteurs de mesures, pilotage numérique à distance des procédés industriels etc.

Plus de détails ? 

  • Consultez la section Où s’inspirer, pour une liste de technologies par secteur, pour parcourir des guides thématiques,  ou encore pour visualiser des études de cas.
  • Cliquez ci-dessous pour des  exemples d’actions de décarbonation dans l’industrie.
Maintenance préventive & optimisation
  • Suivi régulier de la consommation d’énergie pour identifier les anomalies ou les défaillances
  • Arrêt ou mise hors tension des équipements inutilisés
  • Nettoyage fréquent des surfaces de transfert de chaleur (serpentins, tubes radiants) pour éviter l’encrassement et maintenir une efficacité élevée des systèmes de chauffage, refroidissement et réfrigération
  • Calibration et maintenance régulière des sondes et des contrôleurs (pression, température,  débit)
  • Entretien régulier et remplacement périodique des filtres pour réduire les pertes de pression
  • Entretien fréquent et approprié de l’isolation des réseaux thermiques (vapeur, eau chaude, eau de refroidissement) et des équipements (échangeurs, pasteurisateurs, chaudières) pour réduire les pertes, prévenir la condensation et maintenir la température de procédé plus constante
  • Détection et élimination des fuites dans tous les réseaux de distribution (air comprimé, eau)
  • Inspection et réparation des purgeurs de condensat sur le réseau de vapeur
  • Opération automatique de portes dans les chambres froides/entrepôts frigorifiques pour réduire la charge de réfrigération
  • Purges de bassins basées sur lectures de qualité d’eau pour optimiser l’utilisation de la chaleur de procédés
  • Utilisation de soupape commandée pour la vidange des chaudières
  • Automatisation du procédé de nettoyage 
  • Installation d’un système de gestion de l’énergie
Équipements à haute efficacité
  • Bien dimensionner les équipements pour éviter un surdimensionnement (surcoûts…)
  • Moteurs à haute efficacité
  • Moteurs à commutation électronique
  • Variateurs de fréquence sur les moteurs à charge variable
  • Compresseurs d’air à fréquence variable à haute efficacité, ajuster la pression au besoin réel, réduire les fuites et valoriser l’air de refroidissement des compresseurs
  • Echangeurs à plaque au lieu d’échangeurs à calandre
  • Purgeurs thermostatiques
Récupération de chaleur et intégration des procédés
  • Récupérer la chaleur des gaz d’échappement des cheminées de combustion, du retour de condensat et du produit d’une réaction chimique pour préchauffer l’air de combustion, l’eau, les matériaux ou l’air neuf
  • Pour les grandes installations industrielles, analyser la consommation d’énergie des procédés dans leur ensemble plutôt que de façon indépendante
  • Tenir compte de tous les flux d’énergie pour déterminer où la chaleur peut être récupérée et comment elle peut être utilisée
Substitution énergétique
  • L’énergie solaire photovoltaïque en autoproduction est une solution rentable si espace disponible 
  • Contractualiser avec des fournisseurs d’énergies décarbonées (solaire, éolien, biomasse,…)
  • Utiliser le biodiesel ou le biogaz, carburants produits à partir de matières renouvelables, pour remplacer directement le diesel et le mazout dans l’équipement existant (moteurs et chaudières)
  • Substitution de la chaudière à fioul par une chaudière à gaz ou à biomasse dans des procédés de cuisson, de stérilisation, de séparation et de séchage en exploitant leurs réseaux de vapeur existants
  • Ajuster les contrats d’énergie (électricité, …) pour réduire les coûts de fourniture
Réduction des émissions de procédés

Les émissions non-énergétiques du secteur industriel sont également importantes et proviennent principalement des procédés (ex: CO₂ issu des techniques de production de l’aluminium, du ciment et de l’acier), de l’agriculture (e.g., CH₄ issu de la fermentation entérique et de la gestion des sols) et de la gestion des déchets. Pour réduire ces émissions, il est possible de décarboner les intrants :

  • Utilisation de l’hydrogène « vert » comme intrant dans la production d’ammoniac, d’engrais, d’acier et des produits pétroliers
  • Utilisation du biogaz comme intrant dans la production du plastique, la réduction de minerai et plusieurs autres procédés pétrochimiques
  • Substitution partielle du clinker par la pouzzolane, les cendres volantes,… dans la production du ciment
Economie circulaire
L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources et la production des déchets

Ce modèle repose sur la création de boucles de valeur positives à chaque utilisation ou réutilisation de la matière ou du produit avant destruction finale. Il met notamment l’accent sur de nouveaux modes de conception, production et consommation, le prolongement de la durée d’usage des produits, l’usage plutôt que la possession de bien, la réutilisation et le recyclage des composants.
Copyright © 2023 BEI Monde. Tous droits réservés.

Pourquoi l’urgence de la décarbonation

Enjeux du changement climatique

Enjeux de compétitivité

Scroll to Top